Nombre total de pages vues

vendredi 6 mai 2016

Chronique de lecture : Max de Sarah Cohen-Scali



Titre : Max
Auteur : Sarah Cohen-Scali (France)
Editeur : Scripto
Genre : Jeunesse, Historique
Nombre de pages : 473p
Pourquoi ce livre ?
La couverture, très choquante, m’ a attiré… De plus, j’ai toujours aimé lire les romans traitant de cette période sombre ou regarder des reportages… Ancienne étudiante en histoire, je continue à me documenter sur la seconde guerre mondiale.
Synopsis
"19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler !"Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich.
Mon avis
Dès les premières pages (déjà dès la couverture), on entre dans le vif du sujet. Le choc commence dès les premières lignes car le narrateur n’est autre qu’un fœtus nazi ! Très dur dans ses propos, celui-ci est d’ores et déjà un féru de la propagande hitlérienne… Cela est très déstabilisant…
On suit donc Max (prénom donné par sa mère) ou plutôt Konrad (prénom donné par les instances nazies)convaincu que son père est Hitler et sa mère l’Allemagne. Celui-ci est né dans un Lebensborn. Le texte est très documenté et nous apporte de nombreuses informations sur le fonctionnement de ces maternités très spéciales : leur objectif étant de créer de parfaits aryens, prêts à se battre pour l’idéal nazi.
La lecture de ce roman est à la fois choquante, perturbante, touchante. Une véritable claque… certains passages sont très durs mais néanmoins nécessaires. 
On vit l’endoctrinement de cet enfant pour lequel on ressent tout de même un certain attachement malgré la violence de ses propos. En effet, il n’est qu’enfant, victime d’un système terrible.
Sa rencontre avec Lukas, son « jumeau » est un tournant dans le roman, mais je vous laisse le découvrir par vous-même.
Ce roman est également l’histoire d’une humanisation lente, trop lente.
En résumé : Ce livre est à lire absolument ! Il est difficile, perturbant mais il nous met face à la réalité terrible de cette période de l’histoire… Il ne faut pas oublier ! Une vraie claque littéraire !

Ma note
5/5